scroll to top
0

EBSCO Auth Banner

Let's find your institution. Click here.

Les portraits de Marie-Thérèse : Représentation et lien politique dans la Monarchie des Habsbourg (1740–1780)

Additional Information
eBook.
Un large corpus de portraits répartis principalement dans les anciens territoires de la Monarchie des Habsbourg (Autriche, Bohême, Hongrie, Pays-Bas autrichiens, certains territoires italiens) a été réalisé entre la naissance de Marie-Thérèse en 1717 et sa mort en 1780, surtout entre 1740 et 1780. Ce corpus a permis d'analyser l'importance des portraits de Marie-Thérèse au sein des pays de la Monarchie. Il existe peu de travaux en histoire concernant la représentation picturale de la souveraine autrichienne. Malgré la Pragmatique Sanction de 1713 censée garantir l'accès au trône de la fille aînée de Charles VI, l'arrivée au pouvoir de Marie-Thérèse en 1740 est immédiatement remise en cause et marquée par de nombreuses contestations externes comme internes. L'allégeance des élites de la Monarchie n'est jamais totalement acquise. La formation étatique sous le contrôle de la Monarchie est encore fragile et nécessite un certain nombre de rituels ; la commande, l'envoi et le don de ces portraits royaux nous apparaît ainsi comme l'un d'entre eux. Dans le contexte conjoncturel de la situation de Marie-Thérèse ainsi que dans celui plus structurel de la Monarchie des Habsbourg au cours du XVIIIe siècle, l'image de la souveraine est un enjeu de taille pour la souveraine elle-même, comme pour les élites de la Monarchie (les nobles d'ancienne ou de plus récente noblesse, les élites urbaines et ecclésiastiques). L'élaboration de l'image d'une femme qui est aussi « roi » de Hongrie et de Bohême puis impératrice-veuve offre un riche répertoire d'images qui agit d'autant plus efficacement qu'il s'agit de mettre en place une figure particulièrement forte et reconnaissable du pouvoir central. L'analyse des portraits sous différents aspects (sous l'angle de la production, sous celui de leur localisation et des occasions de la commande ainsi que sous l'angle de leur contenu iconographique) aide à appréhender la représentation du corps de la reine lorsque celle-ci est « souverain ». Ces portraits offrent aussi une perspective sur les rapports de la souveraine avec ses élites, comme des élites entre elles et avec le pouvoir des Habsbourg.
sponsored